Publié par le 14 Oct 2014 dans Chronique d’une sophrologue | 9 commentaires

sophrologue-lyon-nord

parlons un peu de nous…

Marie réside à la Grande Charrière, charmante maison de retraite au sud de Lyon dans laquelle j’ai le privilège d’intervenir en sophro-relaxation depuis 3 ans.

Elle avance à son rythme dans sa centième année, avec le sourire et le regard pétillant de la jeune fille qui habite encore en elle et participe activement à mes séances de sophrologie. marie-sophrologie-ehpad

Lors de notre dernière séance, je demande aux participants de donner un mot ou quelques mots qui résumeraient cette activité. La réponse de Marie arrive tout en douceur après un court instant de réflexion : « Je dirais le mot d’Ormesson : Amour… »

Oui je sais ! J’aurais du l’enregistrer !!! C’était magnifique de simplicité et de délicatesse.

Cette séance portait sur ce que nous apprécions ce qui nous plait d’admirer. Le principe consiste à imaginer ou se souvenir de choses ou d’éléments ou de paysages, dont la contemplation nous a comblés, au cours de notre vie, pour arriver jusqu’ici, dans notre vie actuelle et se parler de ce qui nous plait d’avoir à la portée de notre regard dans notre quotidien.

Dans un échange très riche, chaque participant a pu citer les choses agréables qui lui étaient donné d’apprécier dans sa vie à la Grande Charrière :

  • Les photos de ma famille dans ma chambre.
  • Le sourire des personnes qui travaillent ici.
  • Un tableau que j’ai apporté avec moi.
  • La couleur de mon fauteuil
  • L’arbre qui est devant ma fenêtre de chambre.
  • Les rosiers encore en fleurs…
  • Etc

Alors que la plupart des participants se contentent de trouver ce qu’ils aiment ici dans cette maison, il me semble que Marie reste pensive… je l’invite gentiment à s’exprimer.

Et elle nous révèle le fruit de sa réflexion :

 « Quand nous sommes ici dans la séance, nous avons l’opportunité de nous souvenir de tout, sans avoir le cafard… parce que même si en venant habiter ici, nous avons tout abandonné, il nous reste quand même toute notre vie, tout ce que nous avons vécu, tout ce que nous avons aimé, tout ça nous appartient… et la vie continue. »

Je vis là un grand moment d’émotion et je sens que certaines autres personnes sont touchées par ces mots. J’avais vraiment envie de les partager avec vous. Partager à la fois la surprise et le plaisir d’être là tout simplement et d’avoir l’impression d’être juste là où il faut au moment opportun.

Pleine de gratitude pour Marie, de nous avoir rappelé que quoique nous ayons à vivre, nous sommes maître de nos pas et de nos choix, et que cette vie nous appartient, nous sommes riches de tout ce que nous avons vécu et rien ni personne ne peut nous l’enlever.

Je repense à Invictus :

Je suis le maître de mon destin,

Le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley