Publié par le 20 Déc 2014 dans , , | 12 commentaires

Une belle fin d’année,

Le bilan, les projets… Les sophropro reconnaitrons sans doute, la SML, la question radicale, un bout de SCS et autres futurisations… comme un petit jeu de combinaisons, cependant il ne s’agit pas d’une séance de sophrologie.

A lire, si possible, lentement pour se laisser porter…

Cette année tire silencieusement sa révérence, une de plus, qui s’en va délicatement, calmement, ralentie par l’hiver, assombrie par les longues nuits. Comme une image qui se fond avant de disparaître.

C’est la période des lumières, des bougies, des chocolats, des clémentines !Les enfants sont à l’honneur, réjouissons nous de ce bonheur, qui rayonne, de leurs yeux brillants, de leur cœur innocent, de leur énergie débordante.

Un climat de lenteur, et de chaleur intérieure, qui parle de partage, de plaisir, et de joies dans de nombreux foyers.

Une ambiance, lente, fraiche, qui nous permet de ralentir et peut-être de pouvoir observer, à l’intérieur, de notre corps, de notre esprit, de notre histoire…

Une année qui s’achève, un chiffre qui ne reviendra plus. Contemplons le chemin, les jours les mois, arrêtons nous quelques instants sur l’évolution, le travail accompli, les rencontres, les échanges, les évènements, forts, durs et joyeux de ces mois passés. Déjà des souvenirs, rangés, organisés dans notre mémoire, à notre portée, dans notre album personnel qui associe en plusieurs dimensions, des images, des sensations, des émotions, des sentiments et cette trace d’un ressenti, positif ou pas, qui restera.

Regardons cette année qui vient de s’écouler, prenons le temps de nous souvenir, de ce que nous avons aimé, de ce qui nous a plu de faire, de dire, d’arrêter, de poursuivre, de partager… Que gardons nous de tout ça aujourd’hui ? Alors que Décembre s’apprête à ponctuer l’année de sa fin.

Et puisque nous sommes là, à regarder où nous en sommes, offrons nous un peu d’espace, de hauteur, pour vérifier si cela nous convient, si nous nous trouvons sur le chemin de notre bonheur, de nos envies, de nos besoins. Quelques instants pour vérifier que cette année a tracé sa route dans la bonne direction et choisir pour la suite, en regardant plus loin de garder le cap ou de recalculer les coordonnées et l’itinéraire vers notre quête personnelle.

Tiens d’ailleurs ! ça fait combien de temps que je n’ai pas pensé à ma quête personnelle ? Quelle est-elle déjà ?

Elle se cache parfois derrière des impératifs, dictés par la société, par l’entourage ou même par moi-même… Et je la retrouve, simplement dans toutes les réponses qui apparaissent après cette question, que je peux me poser et me reposer, en la laissant tomber goutte à goutte dans mon esprit, pour lui permettre de s’ouvrir à sa vérité, à chaque goutte, la même question, à chaque flop, une petite réponse… à chaque goutte cette question se repose, à chaque flop, ma direction se précise… à chaque goutte : « qu’est-ce que je veux pour moi ? » à chaque flop, les composantes de ma quête personnelle apparaissent.

Alors ouvrons les yeux sur demain, sur les mois qui viennent. Ouvrons grand les yeux, sur l’infini des possibles d’une année, près de 526.000 minutes qui s’offrent à nous… à notre volonté et notre créativité. 365 jours d’évolution, de création, 8760 heures de voyage, quelle sera ma route ? Quel sera mon itinéraire ? Quel est mon pouvoir de direction ?

Qui sera le capitaine de cette épopée ?

Offrons-nous l’opportunité de choisir, aujourd’hui pour demain, en cette fin d’année pour celle qui arrive. Ce que nous souhaitons pour nous, pour alimenter notre bonheur, nourrir nos valeurs profondes, renforcer les piliers de notre existence.

Comme en mer, il est impossible de tout prévoir : les tempêtes, les vents contraires et les contre-courants, sont à envisager. Nous aurons peut-être à nous arrêter ou même à réparer, nous devrons peut-être ralentir et quelque typhon, nous fera éventuellement, dévier… qui sait…

 » Il y a toujours au bout du chagrin, une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée.
 Il y a toujours un rêve qui veille, un désir à combler, une faim à satisfaire, un coeur généreux, une main tendue, une main ouverte, des yeux attentifs, une vie, LA VIE… à partager.  » Paul Eluard

Quoiqu’il arrive sur mon trajet, si je connais ma quête personnelle, je peux recalculer mon cap.

Et sans doute que nous rencontrerons des vents favorables, des équipages amis, des escales passionnantes et ferons de merveilleuses découvertes. Un peu comme tous les ans… un peu pareil, un peu différemment…

C’est ma route qui se trace, jalonnée des bornes numérotées, des années qui passent et qui me permettent de progresser dans mon histoire, de cheminer dans ma vie.

Que cette fin d’année soit belle ! à vous ! à nous tous !