Publié par le 23 Fév 2016 dans , , , | 2 commentaires

Ce salop !: Il m’a fait souffrir plus que de raison, apparemment sans aucune gène ni même aucun remord… Cette personne porterait-elle la méchanceté en elle ?

Avant d’aller plus loin dans le propos, et de voir débarquer des hordes d’hommes scandalisés, je tiens à préciser que j’ai choisi le masculin, non pas parce qu’il n’y a pas de « salope inconsciente », mais parce que, le masculin l’emportant sur le féminin dans la langue française, la généralisation s’exprime au masculin. Pour compenser un peu l’injustice, j’ai choisi l’orthographe issue de celle du féminin, plutôt qu’opter pour le salaud plus standard ! 😉

Ce salop inconscient dont je souhaite vous parler, n’a rien à voir avec l’homme violent ou le pervers narcissique. Il est perçu comme méchant et indélicat mais n’est ni sadique, ni mutilant.

Pourquoi parler de lui ? Me direz-vous ?

Tout simplement pour défendre un peu sa cause et pour ouvrir la conscience de ses cibles potentielles.

Lors des accompagnements individuels, notamment ceux pour lesquels il est nécessaire de renforcer l’estime de soi, il n’est pas rare qu’il me soit raconté des ruptures amoureuses délicates dont la trace cuisante persiste dans les ressentis ou des difficultés relationnelles usantes maintenant un état émotionnel inconfortable. Il est même assez fréquent que plusieurs portraits me soient dépeints, un peu comme une fatalité de n’attirer que des salops !

Alors je m’interroge : qui sont ces salops ?

Quelles caractéristiques spécifiques les représentent ?

Quels sont les fonctionnements qui font l’unanimité sur la « salop’attitude » ?

En effet il y a quelques particularités régulièrement décrites, qui peuvent être occasionnelles à très fréquentes :

  • des comportements paradoxaux
  • l’inconstance
  • l’égoïsme
  • le manque de logique ou de cohérence
  • le manque de respect
  • une bonne aptitude à la dévalorisation de l’autre
  • installe de la distance dans la relation

Que penser de ces caractéristiques ? Cherchez bien… à qui cela vous fait penser ? Certaines personnes ? Un grand nombres d’humains ? Tout le monde ou presque ? Vous ?… moi ?

Et oui, nous tous ! Excluant les ermites et les grands sages qui ne font peut-être pas souffrir leur entourage.

Il semblerait que la place de ce « méchant » désigné ait peu d’importance, il est possible que ça soit, ma chef, mon collègue, ma sœur, ma belle-mère, mon compagnon de vie ou toute autre personne dont le comportement aura un impact émotionnel en touchant mes points sensibles ou en mettant à mal une ou plusieurs de mes valeurs fondamentales…

Alors, toi ? Qui me fait souffrir ? Qui es-tu ?

Assurément tu es celui que je laisse avoir ce pouvoir sur moi ! Et pour parfaire le « jeu de rôles » il est fréquent que je te laisse envahir mes pensées, mes conversations, mes préoccupations et même mes cauchemars… Peu importe qui tu es, tes comportements n’ont rien d’intéressants non plus, excepté pour me faire sentir ce qui bouge en moi et éventuellement me permettre de choisir de travailler sur moi-même, mes émotions, mes réactions… etc

Mais quand même ! Fais-tu exprès de semer la discorde et le malaise autour de toi ?

Apparemment non ! D’ailleurs à part te faire sentir légèrement supérieur, ta stratégie te pénalise sans doute beaucoup plus qu’elle ne te valorise.

Il y a donc de fortes chances que tu sois un salop inconscient : que toi même tu sois dirigé par tes croyances et tes « programmations »…

D’ailleurs, moi-même, je m’interroge souvent : est-ce que parfois je représente ce malfaisant pour quelqu’un ?

Malheureusement, vivant bien ma normalité relative, je possède des croyances inconscientes, des fonctionnements relationnels non consciemment choisis et des réactions spontanées, qui font que certaines personnes dans certaines circonstances peuvent me considérer comme méchante sans que je souhaite l’être. Je deviens donc cette salope inconsciente ! Aïe ! et oui ! Parce que non contente de faire du mal inconsciemment, je me fais moi-même souffrir sans conscience en tordant ma valeur « bienveillance » !!! Cette méchanceté ou indélicatesse inconsciente se manifeste fréquemment dans un contexte de peur ou si j’ai l’impression d’être attaquée ou blessée.

Le salop inconscient est en souffrance ???

Bien que cela soit parfois difficile à percevoir ou à admettre, en effet, cette personne qui joue avec mes émotions, avec mon vécu non digéré est certainement en souffrance. Peut-être même qu’elle perçoive en moi une possibilité de résolution de sa ou ses perturbations anciennes…

Alors ? Devenir conscient c’est devenir gentil ?

Hummm… Oui et non…

Avancer dans la conscience de soi, avec la sophrologie ou d’autres méthodes, nous éloigne de l’utilisation de l’autre dans la réalisation de soi. La démarche vers l’authenticité, nous renforce, nous rend confiant en nous et en l’avenir, nous enseigne nos peurs réactives, nous rapproche de nos valeurs fondamentales… Alors si la gentillesse, la bienveillance, le respect… en font partie et si globalement si nous connaissons mieux nos fonctionnement, il y a de fortes chances pour que nos aptitudes à la salop-attitude inconsciente diminuent considérablement !!!

Si je suis conscient et que l’autre ne l’est pas ?

Hahaha !!! Voilà une belle question ! Et oui, je veux bien avancer dans la conscience et être plus cool, globalement plus sympa, plus accueillante et tolérante, mais si l’autre continue à être méchant ?… et inconscient ?

Là, la réponse est souvent indigeste : « c’est celui qui est conscient qui peut gérer ! » et oui ! D’ailleurs comment une personne inconsciente pourrait-elle gérer ? Impossible !!!

En revanche dans un couple, si un des deux travaille sur ses fonctionnements et avance dans la conscience de soi et des relations qu’il entretient alors il devient également modélisant : son conjoint voyant la sérénité s’installer en lui (ou elle) aura peut-être envie d’avancer sur le chemin de la conscience pour que ces fonctionnements soient plus en corrélations avec ses valeurs de vie.

Alors ce salop, l’est-il vraiment ?

Si nous parvenons à prendre un peu de recul, et à observer la situation dans son contexte, dans l’accueil de ce qui est, de qui il est et de ce qu’il dit de lui à travers ses mots et ses actes… sans doute que nous parviendrons à ressentir, une souffrance, un besoin, une peur ou autre chose… et nous pourrons nous positionner différemment dans la relation, en fonctions de ces nouveaux éléments.

Pour conclure :

Nous sommes tous potentiellement salops inconscients (pour les salops conscients merci de vous faire soigner au plus vite !!! ), et nous allons tous en rencontrer au cours de notre vie… En avançant dans la conscience de nous même, nous pouvons déjà modifier l’impact qu’ils ont sur nous, en devenant plus conscient de nos fonctionnements et des jeux relationnels que nous entretenons, nous allons progressivement apprendre à gérer, à nous adapter et de plus en plus à nous libérer de ces dysfonctionnements perçus négativement !

Vous ne me croyez pas ???

Faites le ! Prenez rendez-vous avec une personne, sophrologue ou autre, de confiance qui vous fera avancer dans la conscience et revenez m’en parler !

Je vous souhaite à tous beaucoup de plaisir, dans cette aventure, sur votre chemin de la responsabilité, de la dignité et de l’autonomie en pleine conscience de vos capacités d’adaptation.

 

Aller plus loin :