Publié par le 9 Déc 2017 dans | 1 commentaire

Au terme d’une étrange semaine, durant la quelle la France a perdu deux de ses plus belles voix… : Jean d’O le 5 et Johnny le 6 de ce mois de Décembre 2017… L’un qui a si bien écrit l’Amour et l’autre qui l’a si intensément chanté…

Au matin du 6, en apprenant le départ de Johnny Hallyday, mon inconscient a immédiatement fait surgir de ma mémoire un air aimé de mon enfance : Isty Bisty Bikini ! Sur laquelle m’a voix enfantine venait se plaquer joyeusement sur celle de l’idole de maman ! Et oui ! j’ai eu du Johnny dans mon biberon et toute mon enfance a été bercée de sa voix grave et de ses rythmes !

Alors, tôt ce matin là, à la place de ma quotidienne méditation, je m’offre une Tri-dimension de Johnny, c’est à dire comment ce chanteur emblématique, écouté, chanté et dansé dans ma famille, a accompagné ma vie… je peux même dire toute ma vie jusqu’ici…

Tout au début et certainement dans mon biberon « Jésus Chris est un hippy » a peut-être validé, dès mes premières semaines ma rebelle-attitude. Il faut dire que deux géants ont engendré cette chanson géniale : Philippe Labro (que j’ai aimé lire bien plus tard) et Johnny Hallyday (avec une musique d’Eddie Vartan), comment ne pas s’en imprégner ?

Petit à petit j’ai grandi avec « que je t’aime », « souvenir souvenir », « Noël interdit », « Toute la musique que je j’aime », « les mauvais garçons », « noir c’est noir », « Gabrielle », « Derrière l’amour » et « Requiem pour un fou » qui m’impressionnait beaucoup de haut de mes 6ans. Puis il a eu « j’ai oublié de vivre », « elle m’oublie », « revoilà ma solitude »… Ensuite je me souviens de « ma gueule » « la peur » « quelque chose de Tenessee » « Je te promets », la « Rock’n roll attitude », « l’envie », « J’oublierai ton nom » un magnifique duo avec Carmel… brèf… chaque année de ma vie, de joies en peines, de bonheurs en réussites, de découvertes en découvertes… Johnny était là.

Je vous propose si vous aussi vous l’avez apprécié, de jouer à cet étonnant jeu sophrologique de la tri-dimension…

Afin de débuter sereinement, poser-vous tranquillement, et détendez vous… ensuite laissez vous naturellement revenir au moment de votre vie où Johnny y a pénétré… ne cherchez rien, accueillez ce qui vient… puis avancez doucement dans le temps… au cours de votre vie et au gré de ses mélodies, de ses mots, de ses frasques médiatiques pourquoi pas… Avancez… tranquillement… prenez tout votre temps… jusqu’à aujourd’hui… Cette période particulière, parce qu’il nous a quittés et qu’il est en même temps si présent… laisser venir à vous tranquillement les 3 ou 4 de ses chansons qui vous aurons le plus marqué, que vous aurez le plus aimé ou qui résonnent le plus en vous… et éventuellement les moments de vie auxquels ces morceaux sont attachés… là encore prenez tout votre temps… vous pouvez en avoir qu’une ou 10 préférées… tout est bien… Puis, c’est peut-être le moment pour vous, de formuler votre gratitude à cet artiste d’exception et éventuellement de lui dire au revoir à votre manière… si cela compte pour vous.

Puis je vous propose de percevoir la place que vous allez conservé à ce chanteur durant la suite de votre histoire… dans votre futur… dans vos souvenirs biensur… et peut-être également dans l’écoute de ces morceaux, au détour d’une émission TV ou autrement…

Pour finir, peut-être garderez-vous une de ses chansons à fredonnée pour lui aujourd’hui…

Pour ma part Johnny, tu m’a accompagnée depuis ma naissance et je n’ai aucun doute que tu continues… j’aurais toujours plaisir à t’écouter et en famille nous continuerons sans aucun doute à massacrer gaiment tes chansons…

Je garde précieusement ton « Isty Bitsy Bikini », « Toute la musique que j’aime », « l’envie », « Oh Marie »… et bien d’autres…

Pour moi tu as compté, alors je te salue l’artiste, je me réjouis que tu puisses à présent enchanter le paradis…

Je ne doute pas qu’avec Jean d’O vous contribuerez toujours, là d’où vous êtes, à faire vibrer l’amour jusqu’à nous…

 

Je dédie cet article à ma mère et à mon beau-père qui m’ont fait grandir dans cette potion… merci !

Je pense à vous aujourd’hui, sans doute quittez-vous un compagnon de vie…