Publié par le 10 Fév 2015 dans , , , | 0 commentaire

Le changement : le développement personnel et la sophrologie

La sophrologie est de plus en plus connue et reconnue. Cette méthode de bien-être et de développement personnel, cette science de la conscience vers plus d’harmonie au quotidien, dont la presse, tant écrite que télévisuelle, vente les mérites…

Mais pourquoi chercher le bien-être ? Pourquoi vouloir changer, alors que ça ne va pas si mal ? Pourquoi souhaiter évoluer alors qu’on sait ce qu’on a et on ne sait pas ce qu’on aura ? D’autant plus qu’il y a des gens bien plus malheureux que moi! Il y a pire! Et puis dans ma famille, nous sommes tous comme ça! Ce que je vis, viens sans aucun doute de mon enfance, alors on ne peut certainement rien y faire! Ce n’est pas avec des respirations que je fais voir évoluer les choses dans ma vie! … etc…

Entamer une démarche dans le sens de l’évolution représente une vraie implication, un réel engagement. Pour la sophrologie comme pour d’autres méthodes de développement personnel, la décision et l’engagement se font dans un contexte bien défini, qui correspond aux dispositions nécessaires à tout changement.

Le changement :

Le changement est permanent dans nos vies, le développement personnel s’effectue en partie naturellement au cours de notre existence, à travers les évènements dans nos vies personnelles ou professionnelles. Le bien-être et la sérénité se révèlent souvent à la quarantaine, ceci illustre parfaitement ce processus naturel évolutif. Cependant il n’est pas rare que cette progression vers le bonheur soit entravée par différents freins conscients ou inconscients.

Alors, prendre la direction du mieux-être dans sa vie représente pour chacun, une décision impliquant une acceptation. Aller bien et faire en sorte que notre vie soit belle, peut représenter une réelle évolution, qui pour certaines personnes peut paraître effrayante, quant « au prix à payer ». Il n’est pas rare de sentir de l’inquiétude au cours de la première consultation, notamment sur les répercutions relationnelles, et également parfois une appréhension d’aller mieux avec un sentiment de gâchis concernant  les années de « mal-être ». N’avez-vous jamais dit, ou entendu dire : « il faudrait que je fasse un travail sur moi, mais ça me fait peur… » ? Ou « je ne voudrais pas changer » ou encore « je ne voudrais pas me brouiller avec mes parents »… Voilà la peur du changement ! Elle représente le premier frein à l’évolution vers le mieux être.

Que nous faut-il pour engager le changement ?

  • Tout d’abord et c’est essentiel, il va nous falloir accéder à un seuil « d’insuportablilité », ce qui va définir notre besoin de changer. Tant que ce seuil n’est pas atteint, il est probable que l’envie de changer ne soit pas présente. Il est d’ailleurs improbable de faire changer quelqu’un qui ne le souhaite pas lui même.
  • Ensuite il est important de savoir que l’on peut obtenir une aide, dans notre environnement plus ou moins proche  ou sur les conseils d’une personne de confiance.
  • Enfin, il va être également important d’admettre que c’est possible. Et enfin lâcher l’idée que modifier notre vécu et nos comportements est impossible, pour des raisons familiales ou génétiques ou simplement parce qu’ils nous appartiennent depuis longtemps. Accepter l’évolution comme une possibilité dans la notion que rien n’est immuable.

 

La sophrologie et le changement :

Comme d’autres méthodes, la sophrologie représente une aide efficace aux changements dans la prise de conscience de qui nous sommes, et de comment nous fonctionnons. Pour que petit à petit, en pratiquant la sophrologie nous observions nos comportements, nos réactions, nos points de vue, évoluer… vers plus de sérénité et d’harmonie avec  ce que nous souhaitons pour nous même, dans le respect de nos valeurs fondamentales.

Il me paraît nécessaire de préciser que changer dans le cadre d’une méthode de développement personnel adaptée, comme au cours d’un suivi sophrologique, permet simplement de devenir soi-même, il n’est en aucun cas question de devenir quelqu’un d’autre et encore moins d’adopter des comportements qui ne nous conviendraient pas.

Être soi même est nécessaire et suffisant

Accéder au bonheur, je dirais même à notre propre vision du bonheur, représente un choix que nous avons à faire dans notre vie, au moment qui nous parait opportun. Dans la pratique régulière de la sophrologie, nous nous donnons les moyens progressivement  d’accéder au bien-être tel que nous l’entendons.

Trouver le plaisir et l’harmonie en devenant tout simplement soi-même…

pour aller plus loin :